La représentation des pensionnats dans les journaux

Durant la période de la Première guerre mondiale, les journaux canadiens parlent régulièrement des pensionnats indiens, mais transmettent une information qui s’avère souvent très loin de la réalité.  Ils témoignent des énormes progrès faits afin d’éloigner le plus rapidement possible les «sauvages» de la «barbarie».

Les journaux présentent les matières académiques : la langue, la lecture, l’écriture et l’arithmétique, mettent beaucoup d’emphase sur  l’éducation chrétienne donnée aux enfants et soulignent l’obligation des anciens élèves de donner partout le « bon exemple d’une vie chrétienne ».  On décrit l’apprentissage des «bonnes manières», tout ce qui concourt à faire de chaque enfant un futur « bon et utile citoyen » . Il semble même que cet apprentissage se fasse dans la joie. Les journaux parlent également de l’apprentissage des métiers : charpenterie, travail de forgeron, agriculture, tâches ménagères et la peinture.  On prend bien soin de préciser que l’enseignement se fait selon les techniques européennes et non selon les goûts artistiques  de leurs pères. Les enfants sont présentés comme étant très disciplinés et ayant un « prompt respect de l’ordre».

 

 

Les installations matérielles sont décrites comme étant très vastes, confortables et modernes. Dans l’article « Une œuvre apostolique dans la Sauvagerie », du journal La Liberté,  on décrit l’école comme étant « éclairée à l’électricité, chauffée à la vapeur et desservie par un système d’aqueduc tout à fait  moderne. Il ne manque de rien. ». Les enfants  « mangent certainement pour deux jours» tant la nourriture est abondante et excellente.  On y affirme aussi que tout le monde est en santé et qu’« il n’y a pas de maladie ».  Bref, Les enfants des pensionnats sont entre bonnes mains et les religieuses et religieux en prennent bien soin!

 

EXERCICES
DOCUMENTS COMPLÉMENTAIRES
SUGGESTIONS

À venir